Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 09:43
Les migrants, thème de rentrée pour Rencontres Citoyennes

Reprise des activités pour Rencontres Citoyennes, qui propose une conférence sur les migrants, jeudi 21 septembre à 20h30, à l’Espace Culturel de Rignac.

Cette conférence sera animée par Jean Malié, membre du collectif pour les réfugiés de la section de Rodez et membre de la Ligue des Droits de l’Homme, et la participation de Christian Serraille, membre de l’association « Jamais sans toit », avec également le témoignage d’un réfugié.

La question des étrangers entrant en France, même ave un visa de court séjour, se pose depuis plus de 25 ans, et il ne fait que croître.

Depuis le début de ce siècle, les réfugiés ou migrants ont continué à affluer dans le Département en provenance de l’Afrique Noire, du Maghreb, du Proche Orient, d’Asie du Sud-Est, des Balkans, du Caucase, pour ne citer que les principaux.

Si jusque-là, grâce aux associations, notamment sur la région ruthénoise, les régularisations étaient obtenues, il n’en est plus de même, avec la suppression du service spécialisé au sein duquel des assistantes sociales recevaient ces arrivants et les aidaient pour la constitution de leurs dossiers. Ainsi des pans entiers d’organisation d’aide aux réfugiés sont démantelés.

Les dossiers traités en Aveyron, sont aujourd’hui examinés à Toulouse où les demandeurs d’asile doivent s’y rendre à leurs frais, alors qu’ils sont sans ressources ; et c’est sans oublier, en sus, leur convocation en région parisienne, dans les mêmes conditions.

Les textes de loi, les instructions administratives évoluent et sont de plus en plus fastidieux, compliquant le travail d’étude des dossiers au détriment des demandeurs.

Jean Malié, comme Christian Serraille, exprimeront l’ensemble de ces difficultés rencontrées pour tenter de parvenir à un résultat favorable pour ces réfugiés qui ne demandent qu’une intégration pour subvenir, avec leur famille, à un quotidien décent.

Une conférence ouverte à tous pour faire prendre conscience à chacun, du chemin semé d’embûches sur lequel errent migrants et réfugiés.

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 12:10
Manger local, thème de la conférence de Rencontres Citoyennes

Pour cette dernière conférence avant la trêve estivale, l’association Rencontres Citoyennes propose un thème bien d’actualité : manger local.

Deux associations de proximité animeront cette soirée débat, jeudi 8 juin, à 20h30, à l’Espace culturel : les Loco-motivés et le Panier Vert du Pays Rignacois.

Issus de milieux professionnels très divers, les Loco-motivés puisent ainsi leur force d’innovation et de réflexion transversale. Ils sont constitués de consommateurs, d’agriculteurs, de professionnels des circuits courts, de chefs d’entreprises de SARL, SCOP, d’associations membre de l’Economie sociale et solidaire, d’élus locaux et de concepteurs internet.

Situés en Lévézou et dans les environs,  ces bénévoles associatifs s’engagent pour permettre de manger local, de la manière la plus plaisante, écologique et astucieuse possible.

Créés en 2012, la motivation des Loco-motivés s’est basée sur le constat suivant : notre consommation alimentaire devient illogique. Les agriculteurs vendent en circuits long et ne savent pas où sont consommées leurs productions. Les consommateurs achètent loin de leur domicile, des produits qui ont fait la plupart du temps le tour de la France. Ceci a pour conséquences de coûts énergétiques et écologiques et la perte de lien social.

Les Loco-motivés proposent à tous de manger au plus proche avec une gamme élargie de produits locaux.

Le Panier Vert en Pays Rignacois né depuis huit années, propose de rendre le bio accessible au plus grand nombre, de développer des temps d’échanges autour de thèmes liés à une autre façon de consommer et veut sensibiliser à la nécessité de repenser les modes de consommations et le rapport à la terre.

Les actions du Panier Vert sont variées, avec un marché bio bi-mensuel implanté Place du Foirail bas à Rignac en partenariat avec les producteurs locaux, des soirées de partage et de réflexion qui permettent de semer les graines d’un futur désirable.

 

Manger local, thème de la conférence de Rencontres Citoyennes
Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 10:16
De  Renaissance en renaissances : regards sur l'histoire du château de BOURNAZEL

C'était le thème de la conférence du 15 mai 2017 animée par Bruno Tollon, professeur honoraire d'histoire de l'art moderne à l'université J.Jaures à Toulouse et 

Pierre Lançon, bibliothécaire de la Société des Arts et des Lettres de l' Aveyron.

Cette conférence initiée par Rencontres Citoyennes, s'est déroulée au château de Bournazel grâce à l'aimable complaisance de M. et Mme Harlin, propriétaires du château.

Plus de 150 personnes ont manifesté leur intérêt pour cette œuvre majeure de la Renaissance française. Bournazel est le seul exemple aussi remarquable de cette période dans tout le Midi de la France.

Bruno Tollon s'est attaché à montrer l'importance et l'originalité de ce château. 

Longtemps oublié et délaissé, il s'est imposé comme un chef d'oeuvre architectural majeur dans l'art occidental grâce aux études fondamentales qui lui ont été consacrées, notamment par B.Tollon, et à l'ambitieuse campagne de restauration voulue par M.et Mme Harlin.

Cette rénovation est source de recherches permanentes menées par le Conservateur des Bâtiments de France, des Archives Départementales, des historiens, des entreprises spécialisées de tailleurs de pierres (entreprise Vermorel à Rodez)

B.Tollon dévoile l'originalité de ce monument, édifié dans les années 1540, par et pour la famille De Buisson, édifice très singulier par son architecture et un décor sculpté exceptionnel. En 1897, Emile Male avait choisi cette formule pour parler du château de Jean De Buisson: « il est beau de sa beauté propre » C'est cette beauté propre, cette particularité que B.Tollon nous fait partager par l'étude de l'architecture, puis des éléments du décor des porches, des fenêtres, des frises, des métopes.

Le plan des façades nord et sud emprunte aux codes antiques romains: la régularité, les symétries, les tympans, les entrées en arcs de triomphe, la fonctionnalité des ouvertures.

Le décor exceptionnel fait de frises superposées, de ressauts de nombreux médaillons reprend les traditions romaines des bustes, des têtes et les allégories du panthéon grec et romain.

Ce château bâti sur l'emprise d'un château féodal (dont il reste les donjons et le plan en cours successives) a été élaboré en plusieurs étapes. D'abord, une aile sud qui constitue le corps de logis principal et un bâtiment d'escalier monumental ( enfoui sous les gravats) et aujourd'hui restauré par une exceptionnelle équipe de compagnons tailleurs de pierres.

Cet escalier donnait accès à de grandes salles superposées et aux appartements des propriétaires dans les tours d'angle. La circulation se faisait par une galerie couverte très inspirée de celles construites par Bramante, en Italie, au XIVeme siècle.

Le décor de Bournazel est spectaculaire grâce à l'habileté des sculpteurs et à la beauté de la pierre. En 1545, date de la construction, les commanditaires de Bournazel adoptent le langage des ordres d'architecture pratiqués par les nouvelles élites proches de la Cour et celles des grandes villes, notamment Toulouse, d'où viennent les De Buisson.

Les ordres doriques et corinthiens organisent les façades sur cour. Trois types d'éléments sculptés retiennent l'attention: les frontons meublés de bustes d'une grande variété, la frise dorique, les bas-reliefs qui ornent les ressauts vigoureux destinés à scander, au droit des colonnes doriques en forte saillie, la longue façade nord.

Les bustes, aux frontons des deux registres de fenêtres et sur les lucarnes, surprennent le visiteur. On les retrouve sur d'autres édifices, à Nîmes (temple de Diane), à Uzès, à Assier. Ces bustes de César en médaillon, dans la cour, sont associés à un nombre inhabituel de figures féminines de la mythologie grecque et romaine (Lucréce,Vénus, Méduse)

Ainsi la littérature historique, épique et mythologique s'invite dans la cour du château pour en faire le lieu le plus ouvertement idéologique .

La pseudo-galerie au caractère triomphal à la manière de Bramante (l'architecte italien célèbre du XIVeme) sur l'aile sud, les frises sud et nord sont d'une telle précision, qu'elles nous assurent que le maître d'oeuvre était familier des vestiges antiques et des trois cités de la Narbonnaise: Arles, Nîmes, Narbonne.

En choisissant ces thèmes guerriers de la mythologie, Hercule, Fortune,Venus. Le seigneur de Bournazel élabore un témoignage d'auto-célébration d'un personnage fier de sa réussite: le témoignage d'un homme vertueux, protégé de Vénus armata et de Fortune, qui, au tournant de sa vie, pense à son lignage et veut construire savamment son image!

Il proposait un portrait du capitaine au service du Roi récompensé par l'Ordre de St Michel.

L'architecture et le décor de Bournazel sont  marqués par de larges influences languedociennes.,Ce château échappe donc  au contexte régional, au XVIeme siècle, il n'a rien de rouergat. Il est un savant mélange d'influences languedociennes, romaines, grecques, 

italiennes; ce qui semble être confirmé par la découverte récente du pavillon d'escalier actuellement en reconstruction

 

Mais, derrière chaque oeuvre d'art, chaque monument, il y a l'histoire d'artistes,  d'architectes, d'ouvriers et d'artisans souvent talentueux. L'histoire d'un château est celle d'une famille, d'un lignage. A Bournazel, les premiers seigneurs portaient le nom de Mancip ou Massip, sans doute originaires de Rodez, depuis 1262. Hugues Mancip, seigneur de Bournazel, entre au service du Roi de France, Louis XI dès 1449; il devient sénéchal de Toulouse de 1461 à 1470. Le Roi lui confie  de nombreuses missions, en particulier auprès du pape Pie II à Rome en 1462. Sa petite-fille Charlotte de Mancip épouse le 2 mai 1519, Jean De Buisson, seigneur de Mirabel et de Roussennac. Ce dernier était issu d'une riche famille de marchands et banquiers de Toulouse. C'est par ce mariage que la seigneurie de Bournazel passe des Mancip aux De Buisson. Jean De Buisson recueille le riche héritage des Buisson de Toulouse et c'est la principale source de financement du château de Bournazel.

Jean De Buisson abandonne Toulouse dans les années 1530, il s'installe en Rouergue, tout en s'engageant dans la carrière des armes. Il est fait Chevalier de l'Ordre du Roi, par François Ier en 1544. Jean De Buisson testa le 29 mars 1570 (mais il vit encore en1575)

Il nous a laissé avec son épouse, Charlotte de Mancip, ce joyau qu'est le château de Bournazel.

Comment vivait-on à Bournazel, au XVIème, XVIIeme siècles? Il reste très peu de témoignages de cette période, pas d'archives.

Cependant, Pierre Lançon livre l'état de ses recherches, et fait revivre ce château en développant quatre focus:

1: inventaire du château en 1710, après le décès de Raymond de Buisson.

Cet inventaire assez exhaustif a été long et méticuleux. Le marquis partage ses biens entre ses 5 enfants, mais il se montre aussi généreux envers les pauvres de Bournazel. Le cadre de vie est très humble: peu d'objets répertoriés, quelques meubles, de nombreuses tapisseries dans un état déplorable, pas de bibliothèque ni d'oeuvres d'art (2 portraits de famille)

2 : étude du personnel du château dans la dépouillement des registres paroissiaux du XVIIIeme de Bournazel (1738-1789)

Les gens de maison sont peu nombreux, souvent originaires du lieu. Quelques personnes sont extérieures au village et ont des emplois plus spécifiques: meunier, jardinier, prêtre et sont plus proches du marquis.

3 :pillage du château en 1790

Ce moment fort de l'histoire de Bournazel a été étudié et très documenté. Il est un épisode révolutionnaire en Rouergue.

Les habitants de Bournazel brûlent les bancs du marquis à l'église, puis veulent récupérer les archives seigneuriales où sont consignées les taxes et les redevances (les privilèges ont été abolis dans la nuit du 4 août 1789). On connaît les protagonistes de cette dramatique insurrection (il y a eu un mort), ils seront condamnés en 1791. Les archives seront portées à Rodez

4 : redécouverte du château au XIX et XXeme siècles

Longtemps ignoré, Bournazel est redécouvert au début du XIXeme. Un écrit du Baron de Gaujac dénonce le vandalisme révolutionnaire en 1819. En 1836, la venue du peintre Pernot le révèlera au public féru d'histoire et d'archéologie. A partir de 1851,l es visiteurs sont de plus en plus nombreux, et le site de Bournazel est inscrit comme site à ne pas manquer à partir de la gare d'Auzits. Il devient un but d'excursion et d'étude pour de nombreuses sociétés savantes, et reçoit les congrès nationaux des sociétés archéologiques. Ainsi en 1897, Rodin découvre le château, conduit  par M.Fenaille. En 1937, le Congrès archéologique de France se tient à Bournazel.

Racheté en 2008 par M.et Mme Harlin, avec la contribution des architectes, des artisans spécialistes de restauration et des historiens passionnés comme P.Lançon et B.Tollon, le château de Bournazel est en pleine Renaissance.

 

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 14:25
Le Château de Bournazel au programme de Rencontres Citoyennes

L’association Rencontres Citoyennes propose, lundi 15 mai 2017, une conférence inédite et décentralisée puisqu’elle se déroulera dans l’enceinte du Château de Bournazel, à 20h30, et sera animée par Bruno Tollon, professeur honoraire d’histoire de l’art moderne à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, et Pierre Lançon, bibliothécaire de la Société des Arts et des Lettres de l’Aveyron.

« De Renaissance en renaissances : regards sur l’histoire du Château de Bournazel » tel sera le thème de cette conférence, suivie bien entendu d’un débat, et réalisée sur les lieux grâce à la complaisance de M. et Mme Harlin, propriétaires de ce monument majeur de la Renaissance française.

Edifié dans les années 1540, par et pour la famille De Buisson, le Château de Bournazel affirme toute sa singularité par son architecture et son décor sculpté exceptionnel.

Derrière chaque monument, chaque œuvre d’art, il y a l’histoire d’hommes et de femmes, qu’ils soient artistes, architectes, ouvriers ou artisans.

Si le château s’impose comme l’un des chefs-d’oeuvre de l’architecture, il n’occupe cette position dans l’art occidental que grâce aux études fondamentales qui lui ont été consacrées, notamment par celles de Bruno Tollon, en relation, bien sûr, avec l’ambitieuse campagne de restauration voulue par les propriétaires, M. et Mme Harlin.

L’histoire à travers les siècles, avec l’évocation du pillage de 1790, la vie quotidienne de ses occupants, jusqu’à sa résurrection actuelle, seront les éléments développés par Bruno Tollon et Pierre Lançon au cours de cette conférence, lundi 15 mai à 20h30 au Château de Bournazel.

Le Château de Bournazel au programme de Rencontres Citoyennes
Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 14:25
Le cinéma en Midi Pyrénées et en Aveyron

Le 20 avril 2017, Rencontres Citoyennes en partenariat avec l'association Georges Rouquier, recevait Henri Beulay et Joel Attard tous deux passionnés de cinéma .

Henri Beulay est journaliste dans la presse écrite régionale. Son parcours de reporter le conduit à interviewer des professionnels du cinéma: réalisateurs, comédiens, techniciens….

Joel Attard évolue dans le milieu du 7eme Art qu'il photographie et invite dans les nombreuses manifestations artistiques qu'il organise autour de la salle de cinéma Le Méliès à Castelmaurou (31) depuis plus de 20 ans

Leur collaboration leur permet de recenser et de compiler la très importante production cinématographique de Midi-Pyrénées depuis les débuts du cinéma. Ils étudient plus de 250 films longs métrages de fiction tournés pour le cinéma et quelques documentaires sur l'Aveyron.

Ils s'attachent à retrouver les acteurs de ces films, les figurants locaux, à recueillir les anecdotes des tournages, à comprendre et à faire vivre ces lieux les plus humbles immortalisés dans des films cultes. Un film peut se créer sur de très nombreux lieux de tournage. Des scènes très brèves  font quelques fois la fierté d'un lieu, d'une commune qui veut en tirer avantage. Il y a aussi beaucoup d'erreurs, de véritables mystifications! 

Ils ont étudié les films sortis en Midi-Pyrénées depuis  la 1ere projection à Toulouse en 1896. Pour l'Aveyron, ce sont plus de 40 courts métrages tournés sur plus de 50 communes. Les plus importants pour l'Aveyron sont Farrebique de Georges Rouquier en 1944, Biquefarre en 1982, et Microcosmos de C. Nuridsany et M. Pérennou en 1991/1994.

Ils ont aussi révélé des personnalités originaires de ces départements qui ont ensuite fait carrière dans le cinéma. 

Leur exposé très riche décortique tous les films tournés dans les 8 départements et Toulouse. Cette compilation est l'objet du livre écrit en collaboration CLAP sur Midi-Pyrйnйes, préfacé par Nathalie Baye et André Téchiney.

Cet ouvrage est la référence pour la connaissance du cinéma de notre région. Par département, tous les films sont analysés, les lieux décryptés, les acteurs et figurants sont suivis sur tout leur parcours, les anecdotes du tournage révélées.

Cette présentation à 2 voix parfaitement coordonnées, a été suivie par un auditoire très intéressé et sans doute un peu surpris par la richesse de ce patrimoine cinématographique insoupçonné.

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 14:15
Le cinéma au programme de Rencontres Citoyennes

L’histoire du cinéma en Midi-Pyrénées et en Aveyron sera le thème de la prochaine conférence proposée par Rencontres Citoyennes, jeudi 20 avril à 20h30, à l’Espace culturel de Rignac.

L’animation de cette conférence sera confiée à deux passionnés du cinéma, Henri BEULAY et Joël ATTARD.

Journaliste durant 40 ans, Henri BEULAY a fait maints reportages et interviews avec des professionnels du cinéma, tout en se passionnant pour l’écriture.

Joël ATTARD côtoie dès les années 80, le milieu du 7ième art qu’il photographie. Il anime des rencontres avec des professionnels : réalisateurs, comédiens, techniciens, etc…

Ces deux hommes sont les auteurs d’un ouvrage « Clap sur Midi-Pyrénées » de 430 pages, illustré avec plus de 300 photos et préfacé par le metteur en scène André Téchiné et l’actrice Nathalie Baye.

Au cours de cette conférence, ils évoqueront l’actualité cinématographique dans la Région, avec l’évocation de « Lacombe Lucien » de Louis Malle, filmé dans la région de Figeac, du « Vieux fusil » de Robert Enrico avec les décors du château de Bruniquel et de la ville de Montauban, « Le Retour de Martin Guerre » ou encore « Le Bonheur est dans le pré ».

Dans le département aveyronnais, ils ont recensé une quarantaine de films et quelques documentaires.

Parmi les plus anciens, « Au travail » sur la mine à Decazeville, « Espoir » d’André Malraux à Villefranche de Rgue, tournés vers 1939-1940 ; côté plus récents, c’est le film « L’hiver dernier » tourné en 2010 dans la région de Laguiole.

Henri Beulay et Joël Attard développerons bien entendu d’autres films tournés en Aveyron : « Farrebique » et « Biquefarre » de Georges Rouquier, « Fanfan la Tulipe » de Gérard Krawczyk avec Pénélope Cruz et Vincent Pérez ou encore « Les Chants de Mandrin » sur le plateau du Larzac.

Ce chapitre aveyronnais sera complété par des portraits comme celui du réalisateur Jean-Henri Meunier, auteur de la trilogie sur Najac, du metteur en scène Guy Cavagnac, ancien assistant de Jean Renoir ou encore de l’acteur Jean Gaven, originaire de St Rome de Cernon.

Henry Beulay et Joël Attard nous ferons part de témoignages de personnes du cru, associés comme figurants, hôtes d’accueil, restaurateurs, participants aux régies.

En participant à cette conférence organisée en partenariat avec l’association Georges Rouquier de Goutrens, vous connaîtrez tout de l’actualité cinématographique de l’Aveyron et de Midi-Pyrénées, grâce à ces passionnés du 7ième Art. 

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 09:27
La passion des marchés, selon Romain SOLANAS

C'est avec passion et plaisir que Romain Solanas, ancien forain, est venu exposer son vécu et sa vision des marchés et foires dans la campagne.

Depuis les années 1965, R.Solanas originaire de l'Hérault, assure les marchés à Decazeville, Rodez et dans les gros bourgs de l'Aveyron: Rignac, Laissac, La Primaube. En 1970, il s'installe avec son  épouse à Rodez. Ils assurent 6 marchés par semaine, puis 7 et même 8. Ils ne comptent pas leurs heures de travail, un travail dur mais passionnant fait de rencontres et d'échanges 

 Au début, c'était facile: peu de matériel, pas d'autorisation préalable, autonomie complète; sur 100 francs gagnés, 30 francs payaient les frais, aujourd'hui c'est l'inverse. Les forains gagnent mal leur vie, ils sont moins motivés, ils font une offre commmerciale moins attrayante, et les marchés périclitent.

Mais ce ne sont pas les marchés qui sont en danger, ce sont les forains!!

Le rôle des consommateurs est primordial: il faut faire l'effort d'aller au marché!

Si les foires sont très anciennes, les marchés datent de l'entre-deux guerres. Les producteurs locaux venaient vendre leurs  productions et le crieur public annonçait leur arrivée. Avec le transport automobile les volumes sont devenus plus importants et les marchés se sont structurés, le rôle des grandes surfaces reste peu important avant les années 60/65.

Il y avait un cercle vertueux du marché: on vendait des œufs, des lapins et on achetait sur le marché! 

La partie vestimentaire était importante: les nouveautés étaient chez les forains

Les marchés de Rignac attiraient plus de 30 forains. Les foires avaient une zone de chalandise plus large, elles périclitent aussi. Où en est-on  aujourd'hui ?

Les marchés ne sont plus supportés en centre ville; on ne leur laisse plus suffisamment de place, ils gênent la circulation, le mobilier urbain entrave leur installation, leur durée est réduite de 8h à12h30. Il manque une volonté politique des maires pour défendre les marchés. Le droit de place, qui ne représente pas une rentrée financière importante pour les municipalités, est une charge lourde pour les forains. Parmi toutes les charges de structures, les taxes qui sont incompressibles, le droit de place est la seule variable d'ajustement dont pourraient se servir les maires attachés à leur marché.

Les marchés -forains créent une dynamique dont profitent tous les commerces du village.

Si les forains ne viennent plus, c'est qu'ils ne gagnent plus leur vie sur nos marchés, à l'exception de périodes courtes, l'été ou à la veille des grandes fêtes. Le marché reste un pôle d'attraction en saison touristique, comme à Villefranche de Rouergue. Dans les grandes villes, les marchés de proximité sont très florissants.

Responsable syndical à la tête des Marchés de France, R.Solanas a défendu l'idée que commerçants sédentaires et non sédentaires devaient travailler ensemble (APAMA), imaginer des actions communes pour redynamiser ce secteur d'activité. Leur complémentarité est essentielle lors des foires agricoles encore florissantes ou dans les marchés de pays.

Un marché doit être diversifié, accueillir producteurs de terroir et forains-revendeurs.

Les marchés, c'est la liberté, dit R.Solanas; mais la rentabilité est la limite de cette liberté. Cela reste un métier de passion. Cette passion qui l'anime toujours, R.Solanas l'a faite partager à un auditoire très attentif et conquis par tant d'enthousiasme.

Et dans un style qui n'appartient qu'à lui, Romain Solanas a conclu par ces alexandrins:

« un marché dans sa ville, çà se mérite, vous pouvez le prouver, ou bien prendre la fuite»

La Secrétaire, G.T.

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 16:57
Rencontres Citoyennes propose les foires et les marchés pour sa prochaine conférence

Après le thème du sport, ce sera sur celui des foires et des marchés que l’association Rencontres Citoyennes vous propose sa prochaine conférence, jeudi 9 mars à 20h30 à l’Espace culturel de Rignac.

Pour animer cette soirée, c’est l’ancien président départemental des commerçants non sédentaires, Romain SOLANAS qui exposera la place des foires et des marchés dans le monde rural, les bourgs centre et les grandes agglomérations.

Marchand d’olives et de condiments à ses débuts en 1965, Romain Solanas , originaire de l’Hérault, exerce sa profession sur les marchés de Decazeville et Rodez, avant de s’installer avec sa famille dans le ruthénois, en 1971, et poursuivre son activité sur la totalité des foires et marchés de l’Aveyron.

Romain Solanas évoquera l’évolution de cette profession de 1960 à 2017, qui est en train de perdre, au fil des ans, de son aura auprès des consommateurs. Il en précisera les causes dont la centralisation de la vente des animaux, les interdictions de vente directe aux consommateurs et la disparition du cycle « vendu, payé, dépensé ». En cause également, le développement des moyens de communications permettant plus de liberté de choix, la place de la grande distribution et la diminution du petit commerce, et la vulgarisation des produits de vente qui a enlevé beaucoup de spécificité aux forains. Sans oublier bien sûr les charges qui pèsent de plus en plus sur ces commerçants non sédentaires.

Pour Romain Solanas, c’est d’abord vers les consommateurs qu’il s’adresse pour préserver ce trésor que représente un marché dans une commune, marché qui constitue une force d’attractivité pour les commerçants sédentaires d’un village.

Il s’adresse également aux municipalités qui doivent participer à la pérennisation de cette activité, avec une prise de conscience sur le fait que l’organisation d’un marché coûte bien moins d’argent que la richesse produite par cette activité en matière d’animation et d’attractivité.

Bien d’autres propositions seront évoquées lors de cette conférence riche en enseignement à laquelle vous convie Romain Solanas, jeudi 9 mars, à 20h30 à l’Espace culturel de Rignac, avec Rencontres Citoyennes.

Rencontres Citoyennes propose les foires et les marchés pour sa prochaine conférence
Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 16:37
Le sport pour tous. Une école de vie et ses bienfaits

Conférence animée par Bernard Saules, ancien arbitre international de football

B.Saules très connu sur toutes les pelouses du département, et ancien arbitre international a éprouvé un certain plaisir à retrouver à Rencontres Citoyennes, de nombreux responsables sportifs locaux avec lesquels il avait partagé les premiers engagements de sa carrière d'arbitre, avant d'évoluer dans la hiérarchie d'arbitre international de football.

Dans la première partie de son propos, il évoquera de multiples anecdotes de ce parcours  à l'international. Les péripéties et les anecdotes  truculentes  ou plus dramatiques (comme lors de son dernier arbitrage en Tunisie) rythment les parcours des grandes équipes! Mais dans ces compétitions à grand spectacle où l'argent est primordial, le jeu s'efface et la notion de sport évolue.

La deuxième partie de la conférence est plus axée sur le rôle du sport dans la vie de chaque individu, mais aussi son importance dans la vie collective, dans tous les coins du département.

« Un esprit sain dans un corps sain » est une maxime très ancienne. Pour aller vers cet objectif, le sport est nécessaire à tout âge. L'entraînement ne vise pas la performance, mais le sport devient un besoin et quelques fois une addiction. La compétition donne envie de progresser et de s'évaluer.

Le sport donne la valeur de l'effort, qui fait apprécier les résultats  d'un travail d'équipe. Il donne le sens du travail collectif qui permet une meilleure gestion de la collectivité.

Le sport permet le développement personnel. Il affirme les qualités physiques (l'inné ne serait rien sans le travail), les qualités morales, et en multipliant les contacts, il valorise les qualités relationnelles. 

Le responsable sportif doit faire preuve de psychologie pour « sentir les gens autour de lui », de pédagogie, expliquer les sanctions, être juste, communiquer pour éviter toute équivoque, et surtout rester maître de soi. L'enrichissement culturel et humain est très important, mais l'humilité est nécessaire, pour « ne pas oublier d'où l'on vient ».

Dans tous les villages, le sport représente une activité importante. Au même titre que la culture il est un lien social qui ne pourrait fonctionner sans l'intervention des nombreux bénévoles. Il permet de s'occuper des jeunes et des moins jeunes, de lutter contre le désœuvrement (éviter la violence)

Le sport est un vecteur d'attractivité dans les communes rurales, il demande des investissements lourds qui imposent des diagnostics précis et des ententes intercommunales.

B.Saules rappelle le rôle important pour l'Aveyron de la formation sport étude du collège de Baraqueville dont sont issus plus de 120 professeurs d'EPS et les équipes performantes de foot du Grand Rodez. Elu départemental, B.Saules en charge des sports gère 54 comités départementaux pour 83000 licenciés, tous les sports olympiques et de pleine nature sont représentés. Les aides départementales vont à la formation, au soutien de grandes manifestations, et au sport scolaire.

Le débat s'est engagé avec un auditoire « très sportif » qui a suivi avec intérêt les réponses données par B.Saules.

La secrétaire : G.Tarayre

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 17:42
Le sport, thème de conférence avec Rencontres Citoyennes

Après son assemblée générale, l’association Rencontres Citoyennes reprend ses activités habituelles, avec l’organisation de la première conférence de cette année dont le thème sera « le sport , une école de vie et ses bienfaits ».

Cette conférence sera animée par Bernard SAULES, ancien arbitre international de football et se tiendra jeudi 23 février à 20h30, à l’Espace Culturel de Rignac.

Longtemps, Bernard SAULES a foulé le rectangle vert des stades du département avant d’évoluer dans la hiérarchie d’arbitre de football pour terminer à l’échelon international.

Mais sa conférence ne sera pas axée sur ce sport, puisque Bernard SAULES évoquera, certes la fonction d’arbitre et de sportif de haut niveau, mais avant tout les bienfaits du sport pour l’individu, le lien social dans un  village, et le sport en Aveyron.

Prendre soin de son corps, exposer les valeurs de l’effort, de la vie en collectivité, de la volonté de progresser mais aussi, le bénévolat, l’image de marque de la commune, du canton, la lutte contre le désœuvrement, la violence dans le sport, les investissements pour la commune, autant de sujets traités par Bernard SAULES lors de son exposé.

Avant d’engager le débat avec le public, il donnera quelques informations sur l’attractivité des territoires par le sport, l’importance des équipements, le rôle essentiel des clubs et des bénévoles ainsi que des parents pour les enfants.

Bref, une conférence à ne pas manquer, jeudi 23 février prochain à l’Espace Culturel à 20h30, ouverte à tous, sportifs ou non.

Repost 0
Published by Association Rencontres Citoyennes Rignac - dans Soirée Débats
commenter cet article

Pour nous contacter

Rubriques